Quelques réflexions avant d’adopter son animal

Boxer

Qu’elle est la plus grande décision que vous ayez eu à prendre de toute votre vie ? Se marier ? Faire des enfants ? Accepter un nouveau travail et devoir démissionner ? Déménager à l’autre bout du pays ? Ou encore adopter un chien ?

Vous allez certainement me dire que ce dernier choix n’est pas réellement une chose compliquée mais pourtant il implique de grandes responsabilités. C’est pourquoi je vais m’attarder sur ce dernier et ainsi vous faire partager mes déboires en tant que nouveau parent.

Une simple visite à la SPA

Aussi longtemps que je me souvienne, il y a toujours eu des chats à la maison. Je me suis contentée de leurs câlins selon leurs envies et leur indépendance me convenait tout à fait. Jusqu’à ce désir profond de partager plus. Je me suis presque aussi tôt rendue à la SPA la plus proche de chez moi (juste pour regarder hein …) et suis repartie avec le plus beau toutou que la fourrière ait jamais récupéré (je suis très objective oui !).

On peut dire que c’était un choix réfléchi mais sur lequel personne ne m’a mis en garde à propos des conséquences et ce que cela impliquait réellement au quotidien. Malheureusement, on ne repart pas de la SPA avec un mode d’emploi (seulement un paquet de croquettes !).

J’étais donc très heureuse et fière de repartir avec mon tout nouvel ami … jusqu’à ce que je rentre chez moi et que l’on passe la première nuit à se bagarrer pour savoir qui de lui ou de moi allait dormir dans le panier ou dans le lit ! Je vous rassure, j’ai gagné, mais est-ce-que tous les chiens sont si têtus ?

Des petites aux grosse bêtises

Puis s’en sont suivies les fameuses bêtises de bébés :

  • Rouleau de papier toilette déroulé et déchiqueté en tous petits morceaux dans tout l’appartement (Qui a oublié de fermer la porte des toilettes ? Ah c’est moi …) ;
  • Objets mordillés (le bois c’est la vie !) ;
  • Plantes déterrées (une âme de jardinier peut-être ?) ;
  • Coussins explosés (oui je sais, ce n’est pas de sa faute, ça explose tout seul ces trucs !) ;
  • Albums photos déchirés (je crois qu’il voulait juste regarder mes souvenirs d’un peu plus prêt) ;
  • Chaussures trouées (toujours une seule sur la paire … mais pourquoi ?) ;
  • Sapin de noël … (Ah non, là je n’ai même pas essayé !) ;
  • Boite de chocolat mangée (bon ok, je mens : la boite était presque intacte, elle …) ;

… et un petit tour chez le vétérinaire (le chocolat c’est mal) qui m’a gentiment informé que mon chien était un boulet psychopathe angoissé de la vie et qui ne supportait simplement pas mes absences (euh, qu’est-ce-que je fais ? Je démissionne ? On ne m’avait pas prévenu : Où est-ce-qu’on se fait rembourser ?).

Adopter oui, mais en pleine connaissance de cause

Après un traitement médicamenteux et des séances de psychothérapies, tout est rentré dans l’ordre … un an plus tard quand même ! Quelqu’un vous a-t-il également parlé de toutes ces sorties pipi et longues balades à faire ? Matins, midis, soirs, qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il fasse -20 degrés ou que ce soit la canicule !

Je dois vous avouer que j’étais assez en adoration avec mon canapé avant ma rencontre avec Haribo (oui, presque un coup de foudre). Cette adoption m’a radicalement transformée : je fais de grandes randonnées, je découvre ma région, j’apprécie la nature et je me suis même remise au sport en plein air. Mais êtes-vous prêt vous aussi à changer pour quelqu’un ? Si tel n’est pas le cas, je crois que votre animal peut vite devenir un fardeau.

Haribo et moi avons partagé de merveilleux moments de promenade (grimper au sommet d’un volcan, se baigner dans des rivières, faire le tour d’un lac, …) en ayant pris des photos toutes plus belles les unes que les autres ; puis des moments un peu moins drôles (rencontre avec un autre chien qui lui a cassé la queue, fuite d’Haribo après avoir croisé un petit lapin, course derrière les moutons, piqûre de guêpe sur la patte, …) mais je ne regrette aucun de ces instants là !

Et les vacances ?

Avez-vous également pensé aux vacances ? Il va falloir le faire garder (où est passé cet ami qui vous jurait de garder votre chien dès que vous en auriez besoin ?) ou alors l’amener avec vous. Il faut bien l’avouer les lieux de vacances autorisés aux chiens sont peu nombreux et les plages le sont encore moins ! Si vous avez comme moi un petit chien qui passe sous un parasol et ne bouge pas de la journée, vous pourrez peut-être rester discrets mais sinon …

Les entraves sont nombreuses, les petits problèmes aussi et les raisons d’abandonner le sont encore plus. Il faut du temps et de la patience avant d’avoir un gentil chien obéissant et un ami fidèle avec qui tout partager.

Une adoption ne se fait pas seulement à sens unique : vous adoptez un animal mais lui aussi doit vous adopter. Il faut vous apprivoiser, vous adapter l’un à l’autre. C’est une erreur de croire que le chien vous suivra dans toutes vos envies et vos déplacements aveuglément. Vous devez aussi faire en fonction de ses besoins à lui. Surtout, avant toute adoption, renseignez vous sur les races de chien correspondant le plus à votre caractère et surfez sur les sites qui permettent d’avoir le plus de renseignements possibles sur les difficultés que vous pourriez rencontrer après l’adoption d’un animal … un peu de bon sens qui permettait d’éviter tous ces abandons

Laetitia Beni

Laetitia Beni

Complice avec Haribo, mon pinscher mâle de 5 ans adopté à la SPA, nous sommes plutôt solitaires et aimons les plaisirs simples de la vie.

Leave a Response